« SEDIAO » le gazoduc entre le Maroc et le Nigeria

Ce gazoduc serait une extension vers le Maroc du gazoduc ouest-africain (GOA), en fonctionnement depuis 2010, qui relie les zones gazières du sud du Nigeria au Bénin, au Togo et au Ghana. Il mesurerait environ 5 660 km et sa construction se ferait en plusieurs phases au cours des 25 prochaines années.
La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), connue sous le nom de Sediau, a commencé à étudier le projet de gazoduc maroco-nigérian, malgré les mesures prises par l’Algérie pour bloquer l’énorme projet, qui intéresse plus de 13 pays.  Le Département de l’énergie et des minéraux de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est réuni mercredi et jeudi à Ouagadougou, la capitale burkinabè, pour discuter des progrès réalisés dans la mise en œuvre du projet d’expansion des gazoducs ouest-africains en présence d’experts et de représentants du Bureau national de l’hydrocarbacone et des minéraux.  La communauté économique a expliqué que les objectifs de la réunion comprennent également « l’information des Etats membres sur le niveau actuel de mise en œuvre du projet, suivie de l’évaluation des interactions entre ce projet et le gazoduc reliant le Nigeria et le Maroc, puis du suivi des orientations des Etats membres sur le processus de coordination entre les deux gazoducs ». Des représentants des ministères des hydrocarbures et de l’énergie des 15 pays membres de la CEDEAO, ainsi que de plusieurs institutions, dont l’Union économique et monétaire d’Afrique de l’Ouest (UMWA), l’Autorité des gazoducs d’Afrique de l’Ouest, la West African Gas Pipeline Company, la West African Gas Pipeline Company et le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *